SAMU Urgences de France

Infos du CA de SUdF

Vœux 2020

Publié le 06/01/2020
Tags :

Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

L’année 2020 sera une année de grands changements pour l’organisation de la médecine d’urgence : il ne peut en être autrement !

Au cours de cette année passée, le mouvement de protestation généré par nos collègues paramédicaux a montré l’épuisement et la colère de tous les professionnels de santé des urgences mais aussi notre détermination à modifier un modèle de fonctionnement qui ne peut plus répondre aux besoins de nos concitoyens et aux aspirations des professionnels. Nous devons rénover nos organisations pré-hospitalière et intra-hospitalière saturées, non pour satisfaire des égos ou des dogmes passéistes, mais bien pour retrouver la place de la Médecine d’Urgence, notre place, au sein de l’organisation de la santé dans notre pays. Nous ne devons plus continuer à assurer jour et nuit, 24 heures sur 24, tout ce que nos confrères libéraux et hospitaliers ne peuvent ou ne veulent plus faire, mais bien travailler avec eux pour reconstruire des parcours de soins pertinents pour nos patients, seule solution pour inverser durablement la courbe de fréquentation des urgences : notre système d’urgences est performant lorsque nous traitons des urgences, pas pour résoudre tous les problèmes du système de santé !

Samu-Urgences de France soutient une réforme complète des parcours de soins d’urgence, réforme s’attaquant à l’amont, à l’aval, mais aussi à la réorganisation de nos services :

  • Le Service d’Accès aux Soins, basé sur une plateforme polyvalente de régulation médicale et sur un numéro d’appel unique « urgence-santé », le 113, ne fonctionnera qu’avec un partenariat fort et équilibré avec nos collègues généralistes qui doivent réinvestir le champ des soins non programmés : c’est indispensable, vital, pour diminuer la fréquentation indue des services d’urgence, dernière ligne de défense d’un hôpital public à bout de souffle.
  • Le SAMU, branche essentielle du SAS, sera conforté en se centrant sur la prise en charge de l’aide médicale urgente et en s’organisant en réseau grâce au déploiement, dès janvier, du SI-Samu : c’est ensemble que nous apporterons la meilleure réponse aux besoins de nos concitoyens.
  • Le SMUR doit continuer à se développer pour garantir à tout français d’être à moins de 30 minutes d’un urgentiste. Ce développement doit reposer sur une politique claire et volontaristes des HéliSmur, sur le renforcement des compétences des équipes médicales, mais aussi sur le strict respect des textes réglementaires imposant des équipes complètes et la non fermeture « sauvage » de lignes de Smur.
  • L’hôpital doit se réorganiser pour mieux assurer sa mission la plus noble, prendre en charge sans distinction les patients qui se présentent en situation de détresse. Les urgences ne sont plus la seule porte d’entrée de l’hôpital, nous devons d’abord en être convaincus nous-mêmes avant d’en convaincre nos confrères. Les soins programmés sont importants, mais ils doivent s’adapter aux urgences et non l’inverse. Les exemples deviennent nombreux où, communauté médicale et direction ensemble, arrivent à surmonter la saturation des services d’urgence. Cette saturation n’est pas une fatalité mais un dysfonctionnement de l’hôpital qu’il faut combattre car il tue des patients.

L’année 2019 a été celle de la grève des urgences mais elle a été aussi celle de la reconnaissance, enfin, du métier d’ARM, de l’ouverture des CFARM, du statut d’IPA en médecine d’urgence, du premier protocole de coopération ... et du pacte de refondation des urgences qui si nous, professionnels, lui donnons vie, sera le terreau sur lequel nous reconstruirons l’organisation de la médecine d’urgence.

Je sais que pour certain(e)s la situation semble désespérée. Je sais que nombreux(ses) sont celles et ceux qui ne voient pas d’issue et se détournent de la médecine d’urgence, mode d’exercice pourtant passionnant de notre profession. J’entends que la situation n’évolue pas, ou pas assez vite. Pourtant je vous assure que la solution est à notre portée pour peu que nous ayons encore une peu de courage, ensemble !

Malgré les difficultés, malgré la désinformation, malgré les attaques de ceux qui ne pensent qu’à mettre à terre la régulation médicale et notre conception de la médecine d’urgence qui fait la preuve de sa capacité de résilience unique face à une augmentation d'activité considérable, Samu-Urgences de France ne cédera pas et continuera à se battre pour les patients et pour les professionnels de santé des urgences.

Tous mes vœux de bonheur et de santé pour vous et les vôtres.

On ne subit pas l’avenir, on le fait.
Georges Bernanos 

Docteur François BRAUN
president@sudf.fr

[Tous les articles]
1 404 patients maltraités
(depuis le 1er janvier 2020)
 
Agenda
Journée de SUdF Programme SI-Samu Urgences 2020
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.